Vous êtes ici : Accueil > Travailler au jour le jour > Pour la classe > Français > Lire une fable
Publié : 13 mai

Lire une fable

Lire une fable n’est pas chose aisée. Les élèves de seconde 12 se sont essayés à cet exercice périlleux semé d’embûches (liaisons, « e » élidé, ton expressif, etc.).

Au final, quelques réussites, mais aussi quelques difficultés. Elwina et Charlotte, nos deux brillantes conteuses, vous laissent écouter leur travail.

Lecture_Charlotte_Conseil_tenu_par_les_Rats  -  MPEG4 Audio - 824.3 ko"
Lecture_Charlotte_Conseil_tenu_par_les_Rats
Lecture_Elwina_Le_Lion_et_L_Ane_chassant  -  MP3 - 1.2 Mo"
Lecture_Elwina_Le_Lion_et_L_Ane_chassant

CONSEIL TENU PAR LES RATS

Un Chat, nommé Rodilardus,
Faisait de Rats telle déconfiture
Que l’on n’en voyait presque plus,
Tant il en avait mis dedans la sépulture.
Le peu qu’il en restait, n’osant quitter son trou,
Ne trouvait à manger que le quart de son soû ;
Et Rodilard passait, chez la gent misérable,
Non pour un Chat, mais pour un Diable.
Or, un jour qu’au haut et au loin
Le Galand alla chercher femme,
Pendant tout le sabbat qu’il fit avec sa dame,
Le demeurant des Rats tint chapitre en un coin
Sur la nécessité présente.
Dès l’abord, leur Doyen, personne fort prudente,
Opina qu’il fallait, et plus tôt que plus tard,
Attacher un grelot au cou de Rodilard ;
Qu’ainsi, quand il irait en guerre,
De sa marche avertis ils s’enfuiraient sous terre ;
Qu’il n’y savait que ce moyen.
Chacun fut de l’avis de Monsieur le Doyen ;
Chose ne leur parut à tous plus salutaire.
La difficulté fut d’attacher le grelot.
L’un dit : Je n’y vas point, je ne suis pas si sot ;
L’autre : Je ne saurais. Si bien que sans rien faire
On se quitta. J’ai maints chapitres vus,
Qui pour néant se sont ainsi tenus :
Chapitres, non de Rats, mais chapitres de moines,
Voire chapitres de chanoines.

Ne faut-il que délibérer,
La cour en conseillers foisonne ;
Est-il besoin d’exécuter,
L’on ne rencontre plus personne.

LE LION ET L’ÂNE CHASSANT
Le Roi des animaux se mit un jour en tête
De giboyer. Il célébrait sa fête.
Le gibier du Lion, ce ne sont pas Moineaux,
Mais beaux et bons Sangliers, Daims et Cerfs bons et beaux.
Pour réussir dans cette affaire,
Il se servit du ministère
De l’Âne à la voix de stentor.
L’Âne à Messer Lion fit office de Cor.
Le Lion le posta, le couvrit de ramée,
Lui commanda de braire, assuré qu’à ce son
Les moins intimidés fuiraient de leur maison.
Leur troupe n’était pas encore accoutumée
À la tempête de sa voix ;
L’air en retentissait d’un bruit épouvantable :
La frayeur saisissait les hôtes de ces bois .
Tous fuyaient, tous tombaient au piège inévitable
Où les attendait le Lion.
N’ai-je pas bien servi dans cette occasion ?
Dit l’Âne, en se donnant tout l’honneur de la chasse.
Oui, reprit le Lion, c’est bravement crié :
Si je ne connaissais ta personne et ta race,
J’en serais moi-même effrayé.
L’Âne, s’il eût osé, se fût mis en colère,
Encor qu’on le raillât avec juste raison :
Car qui pourrait souffrir un Âne fanfaron ?
Ce n’est pas là leur caractère.